Enseigner le géoweb par la pratique et la critique

Enseigner le géoweb par la pratique et la critique

Thierry Joliveau Matthieu Noucher Laurent Couderchet Sébastien Caquard 

Université de Lyon, UJM-Saint-Étienne, CNRS, EVS UMR 5600, 42023 UJM-Saint-Étienne, France

Laboratoire Passages (UMR 5319), CNRS – Université Bordeaux Montaigne Maison des Suds, 12 esplanade des Antilles, 33607 Pessac, France

Université Bordeaux Montaigne – Lab Passages (UMR 5319) CNRS Maison des Suds, 12 esplanade des Antilles, 33607 Pessac, France

Université Concordia, Montréal

Corresponding Author Email: 
thierry.joliveau@univ-st-etienne.fr; matthieu.noucher@cnrs.fr; sebastien.caquard@concordia.ca
Page: 
11-33
|
DOI: 
https://doi.org/10.3166/ISI.22.5.11-33
Received: 
|
Accepted: 
|
Published: 
31 October 2017
| Citation
Abstract: 

RÉSUMÉ. Depuis 2010, les universités de Saint-Etienne et de Bordeaux Montaigne – en collaboration ensuite avec l’université de Concordia à Montréal - proposent à leurs étudiants de Master en Géographie un cours à distance intitulé « Connaître et pratiquer le géoweb ». Cette formation part du constat que le développement de la géomatique s’accompagne, depuis une dizaine d’années, de profond changements techniques, juridiques et organisationnels qui génèrent aujourd’hui sur Internet des usages renouvelés de l’information géographique. L’originalité de ce cours est, en complément des apprentissages de la géomatique « conventionnelle », d’inviter les étudiants à s’intéresser à ces usages « grand public », pour évaluer leur pertinence, leur complémentarité et leur limite par rapport aux systèmes d’information géographique. Pour ce faire, la démarche pédagogique mise en oeuvre repose sur deux propositions : d’une part, organiser entièrement en ligne le cours pour que l’apprentissage se fasse par l’expérimentation et, d’autre part, susciter la réflexivité des étudiants sur ces expérimentations en les invitant à adopter une distance critique pour se détacher des discours commerciaux qui accompagnent le tournant cartographique du web. Sept ans après le lancement de ce projet pédagogique exploratoire, cette contribution vise à en dresser le bilan et à envisager quelques perspectives sur l’articulation pratique et critique.

ABSTRACT. Since 2010, Master’s students in geography programs at Saint-Etienne Jean Monnet University and Bordeaux Montaigne University in France – in collaboration with Concordia University in Canada – have had the option to take an online course entitled « Connaître et pratiquer le géoweb » (“Knowing and Practicing the Geoweb”). This course is based on the observation that recent developments in the geoweb are associated with profound technological, legal and organizational changes that have produced new ways of using and mobilizing geographic information. The course goes beyond conventional geospatial concepts and tools by inviting students to explore new online “popular” applications to assess their relevance, their complementarity and their limits in comparison to more traditional GIS (Geographic Information Systems). To achieve this, the course combines two pedagogical approaches: on the one hand, through the implementation of a full online course designed to facilitate a learning process based on experimentation; while on the other, by inviting students to reflect critically on their experimentations in light of the business-oriented discourses and functions that so often drive the development of these applications. This paper provides an overview of this experiment after seven years in the making and offers some practical and critical orientations for teaching geoweb courses.

Keywords: 

MOTS-CLÉS : géoweb, géomatique, cours à distance, apprentissage par la pratique, esprit critique.

KEYWORDS: geoweb, GIS, online learning, vocational education, criticism.

1. Introduction
2. Le géoweb : quels enjeux pour les (futurs) géographes/géomaticiens ?
3. Le cours à distance « Connaître et pratiquer le géoweb »
4. Quel bilan, sept ans après le lancement du cours ?
5. Articuler apprentissage des outils et analyse critique de leurs usages
6. Conclusion et perspectives
  References

Crall A. W., Newman G. J., Stohlgren T. J., Holfelder K. A., Graham J., Waller D. M. (2011). Assessing citizen science data quality: an invasive species case study: Assessing citizen science data quality. Conserv. Lett. [En ligne]. Décembre, vol. 4, n° 6, p. 433-442. https://doi.org/10.1111/j.1755-263X.2011.00196.x

Desbois H. (2015). La carte et le territoire à l’ère numérique. Socio Nouv. Rev. Sci. Soc. [En ligne]. 25 avril, n° 4, p. 39-60. https://doi.org/10.4000/socio.1262

Dolbeau-Bandin C., Proulx S., Rivron V. (2016). De la nécessité d’adopter une posture scientifique et critique au temps du numérique. Termin. Technol. Inf. Cult. Société [En ligne]. 30 décembre n°119,< https://doi.org/10.4000/terminal.1512

Fastrez P. (2010). Quelles compétences le concept de littératie médiatique englobe-t-il ? Une proposition de définition matricielle, Recherches en Communication, vol. 33, p. 35-52.

Fisher F. (2008). Collaborative Mapping: How Wikinomics is Manifest in the Geo-information Economy. GEOinformatics. vol. 11, n° 2, p. 28-31.

Goodchild M.F. (2007). Citizens as sensors; the world of volounteered geography. GeoJournal. vol. 69, n° 4, p. 211-221.

Joliveau T. (2011). Le géoweb, un nouveau défi pour les bases de données géographiques. Espace Géographique. Tome 40, n° 2, p. 151-163.

Joliveau T. (2010). « La géographie et la géomatique au crible de la néogéographie ». Tracés. vol. 2010/3, n°HS-10, p. 227-239.

Kolb D. A., Fry R. (1975). Toward an applied theory of experiential learning. Theories of Group Process, in C. Cooper (ed.), London: John Wiley.

Miller C. C. (2006). A Beast in the Field: The Google Maps Mashup as GIS. Cartogr. Int. J. Geogr. Inf. Geovisualization [En ligne]. 1 septembre, vol. 41, n° 3, p. 187-199. https://doi.org/10.3138/J0L0-5301-2262-N779

Mosco V. (2014). To the Cloud: Big Data in a Turbulent World. Boulder : Paradigm Publishers. ISBN : 978-1-61205-615-9.

Noucher M. (2017). Les Petites Cartes du web. Analyse critique des nouvelles fabriques cartographiques. Éditions rue d’Ulm.

Purves R. S., Edwardes A., Sanderson M. (2008). Describing the where–improving image annotation and search through geography. First Intl Workshop Metadata Min. Image Underst. [s.l.] : [s.n.].

Roche S., Mericskay B. (2011). Cartographie 2.0 : le grand public, producteur de contenus et de savoirs géographiques avec le web 2.0. Cybergeo Eur. J. Geogr. [En ligne]. 20 octobre Disponible sur : < http://cybergeo.revues.org/24710

Schuurman N. (2000). Trouble in the heartland: GIS and its critics in the 1990s. Prog. Hum. Geogr., vol. 24, n° 4, p. 569-590.

Sui D. Z., Elwood S., Goodchild M. F. (2013). Crowdsourcing geographic knowledge volunteered geographic information (VGI) in theory and practice. Dordrecht; New York: Springer.

Turner A. J. (2006). Introduction to Neogeography. O’Reilly Media, Inc. [s.l.]

Watson S. M. (2016). Toward a Constructive Technology Criticism, ow Center for Digital Journalism at Columbia’s Graduate School of Journalism, [En ligne]. [s.l.], http://www.cjr.org/tow_center_reports/constructive_technology_criticism.php

Westbrook R.B. (2000). « John Dewey », Perspectives : revue d'éducation comparée, vol. XXIII, no 1-2, p. 277-93.

Wood D. (2015). This Is Not about Old Maps. Cartogr. Int. J. Geogr. Inf. Geovisualization. janvier, vol. 50, n° 1, p. 14-17.